Cameroun : les défis de Mouangue Kobila sur le front des droits de l’homme

Cameroun : les défis de Mouangue Kobila sur le front des droits de l’homme

Cameroun : les défis de Mouangue Kobila sur le front des droits de l’homme

À la tête de la Commission des droits de l’homme, le juriste aura fort à faire, après une année 2020 marquée par les violences meurtrières dans les régions anglophones et de nombreuses atteintes aux libertés publiques.

Près de dix-huit mois après l’adoption, le 19 juillet 2019, de la loi portant création de la Commission des droits de l’homme du Cameroun, le président Paul Biya a nommé, ce 19 février, le président et les membres de cette institution « indépendante » chargée de la promotion et de la protection desdits droits, ainsi que de la prévention contre la torture dans tous les lieux de privation de liberté.

James Mouangue Kobila, 54 ans, a ainsi été porté à la tête de cet organisme pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois. Il en assurait l’intérim depuis mai 2020, à la suite du décès de Chemuta Banda Divine. Cest à lui que revient la charge de consulter, d’observer, d’évaluer, de créer des cadres de dialogue, de conciliation et de concertation nécessaires.

Année noire

Il sera épaulé par quatorze « commissaires », issus de diverses corporations professionnelles. Parmi eux, figurent Denis Kwebo, le président du Syndicat national des journalistes, et le Dr Ngalle Mbonjo, de l’Ordre des médecins.

gtva

leave a comment

Create Account



Log In Your Account